biography

French-Algerian artist, born in 1971 in Nantes (France) from a Kabyle mother and a French father, Carole Douillard is graduated from the School of Beaux-Arts, Nantes, in 1997 and from the University of Franche-Comté, UFR Science de l’homme et du language (DU in Art, dance and performance) in 2012. She’s part of the research laboratory ACTE at Paris 1 Panthéon Sorbonne runned by the pragmatist philosopher Barbara Formis. Artist and performer, Carole Douillard uses her presence or that of the interpreters as sculpture for minimal interventions in space. Situated on the edge of the spectacular, while taking care to avoid it, her work calls for a redefinition of the spectator, the space of performance and the power struggle between the contemplated object and the person contemplating it. Her recent projects have taken place at the Lyon Bienniale, the Ferme du Buisson (Noisiel), at the Musée de la Danse (Rennes), at the Palais de Tokyo (Paris), at the Mac Val (Vivre-sur-Seine), at the French Institute in Algiers and Oran (Algeria), at the Centro de Arte Dos de Mayo (Madrid/Spain), and at Wiels (Brussels/Belgium). In early 2019, she received a grant for the developpement of a 3 months research project in California (performance and contemporary gesture). Before going to CA she’ll be part of the first Oslo Biennial (opening on may, 25th).
Alive, her first monograph was published in march 2016, its authors are Chantal Pontbriand, Janig Bégoc and David Zerbib (Ed. by Christian Alandete/Cabin agency – Les Presses du Réel, FR). A first copy of her performance The viewers was acquired in 2014 by the Centre National des Arts Plastiques (France).
In 2012-2013, she was artist researcher within the cooperative of research at the Ecole Supérieure d’Art of Clermont Métropole (university year 2012-2013) and regularly collaborates with Laboratoire du geste – Paris 1 Panthéon Sorbonne. She is the co-founder with Entre-deux (ML Viale & J Rivet), Manon Rolland, Oro/Loïc Touzé, Fabienne Compet, Isabelle Tellier of think think think, a platform for research in performance (Nantes, France, 2014). She also regulary teaches performance art in European universities and art schools since 15 years.

Artiste plasticienne et performer née en 1971 à Nantes d’une mère algérienne et d’un père français, Carole Douillard utilise sa présence ou celle d’interprètes comme sculpture pour des interventions minimales dans l’espace. Se situant au bord du spectaculaire tout en prenant soin de l’éviter, son travail appelle une redéfinition du spectateur, de l’espace de la performance et de la relation de pouvoir entre l’objet contemplé et celui qui le contemple. Ses recherches performatives se complètent souvent de documents ou de photographies. Ses récents projets ont pris place à Bruxelles, lors de l’événement A performance Affair, à la Bien- nale de Lyon (Mondes Flottants, 2017), à la galerie Michel Rein, à la Fondation d’entreprise Ricard, au Palais de Tokyo, au Mac Val, à la Ferme du Buisson, au Musée de la Danse (Rennes), au Centre Pompidou, au Wiels (Bruxelles), au Centro de Arte Dos de Mayo (Madrid)… En 2019, elle est lauréate de la bourse Sur mesure de l’Institut Français pour un séjour de 3 mois en Californie autour du geste et de la performance contemporaine. Elle participe également à la première édition de la Biennale d’Oslo qui débutera en mai. Enfin, le film Idir, réalisé en 2018 en collaboration avec Babette Mangolte (vidéaste et cinéaste, œil de la performance New Yorkaise des années 60 et 70) sera exposé à l’automne au Musée des Arts de Nantes. Ce film de 30 minutes consiste en la reprise de l’archive vidéo d’une performance historique de Bruce Nauman (1967), dans l’espace public d’Alger. Il a pu être réalisé avec l’accompagnement, notamment, du Fonds National des Arts Graphiques et Plastiques, de l’Institut Français (Paris et Alger), de la Région Pays de la Loire, de la Drac Pays de la Lorire, de la Ville de Nantes. Le premier exemplaire de sa performance The viewers a été acquis en 2014 par le Centre National des Arts Plastiques. De 2013 à 2015, toujours grâce au soutien du CNAP, (Aide au Développe- ment pour une Recherche Artistique) elle a pu mener a bien, en Algérie, le projet Dog Life dont les premières restitutions documentaires et orales ont eu lieu au Frac des Pays de la Loire (2015-2016). C’est ensuite à la galerie Michel Rein qu’a été produite et exposée l’édition Dog Life, Unfolded Pictures (2017). Cette édition et la performance qui lui est associée viennent de rejoindre la col- lection du Frac Pays de la Loire (2018).
Artiste chercheur, elle est membre, depuis janvier 2016, de l’Institut ACTE, CNRS – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, équipe Espas (Esthétique de la performance et des arts du spectacle/ Aes- thetic of performance art).
Alive, sa première monographie parue aux éditions Cabin Agency en 2016 est diffusée par Les Presses du Réel. Elle rassemble des essais de Janig Bégoc, David Zerbib et Christian Alandete ainsi qu’un entretien avec Chantal Pontbriand.